Freelances débutants :
5 pièges à éviter

Le parcours du travailleur indépendant est semé d’embûches, ce n’est un secret pour personne. Si certains pièges sont assez évidents, d’autres le sont moins… et il est facile de tomber dedans. Voici 5 exemples d’erreurs courantes ou de fausses bonnes idées à bien identifier pour avancer dans votre parcours de freelance sans vous prendre les pieds dans le tapis.

Piège n°1 : Négliger les contraintes administratives ⚠️

Vous venez de recevoir votre n° de Siret et vous avez décroché votre première mission : félicitations ! C’est le moment de vous donner à fond pour bichonner ce premier client, qui sera susceptible de vous recommander et de vous aider à lancer votre activité de freelance. Et pour cela, vous y allez à la confiance : le contact est bon, la mission vous intéresse, pas grave si le devis n’est pas signé, on ne va pas gâcher une si belle entente avec des contraintes administratives.

Pas de contrat ou de devis signé ? A EVITER ☹️

En effet, c’est plus que risqué. Un client un peu désorganisé mais honnête paiera quand même votre facture à la fin de la mission. Un client malhonnête qui flaire le jeune freelance tombé de la dernière pluie pourra jouer du déséquilibre de la relation pour bénéficier d’une prestation qu’il ne paiera pas et contre qui vous n’aurez aucun recours. Demander un devis ou un contrat signé, c’est faire preuve de professionnalisme. Votre client n’attend peut-être que cela pour être rassuré. Relancer n’est jamais agréable, mais c’est nécessaire.

Piège n°2 : Ne travailler qu’avec des plateformes ⚠️

Vous êtes déjà tombé dans le premier piège et vous voulez jouer la sécurité à tout prix ? Travailler exclusivement avec des plateformes pour freelances paraît alors une bonne option. En effet, il existe beaucoup de plateformes pour décrocher des missions dans de nombreux domaines (community management, développement web, traduction, etc.) : elles sont fiables et le paiement des missions y est totalement sécurisé.

Miser à 100 % sur les plateformes pour réaliser son chiffre d’affaires ? FAUSSE BONNE IDEE. 🤨

Sur les milliers de freelances inscrits sur ces plateformes, combien tirent vraiment leur épingle du jeu ? Les tarifs des prestations sont souvent tirés vers le bas et, pour décrocher une première mission avec un profil de débutant dans un secteur très concurrentiel, il n’y a pas de secret : il faut se brader. Les plateformes ne sont pas une mauvaise idée en soi, mais elles sont à utiliser avec parcimonie.

Piège n°3 : Les contenus gratuits ⚠️

Qui n’a jamais été tenté de télécharger gratuitement LE guide complet pour tout déchirer sur Instagram, pour assister au  Webinaire ultime pour signer avec 100 clients par semaine ou encore pour découvrir La meilleure méthode pour gagner 5.000 euros par mois en restant le cul dans ton canapé ? Il suffit d’inscrire son adresse e-mail dans le petit pop-up, juste là, et hop ! La magie opère, on reçoit le Graal dans ses spams (c’est un premier signe, attention…) et on peut enfin sortir de notre misérable condition de petit freelance qui ignore encore les secrets de la réussite.

J’ai envie de dire : BEN VOYONS 😑

Selon le vieil adage (enfin, vieux… depuis qu’on a compris comment fonctionnait Facebook, quoi !) : si c’est gratuit, c’est VOUS le produit. Et, attention spoiler : c’est vrai. Alors vous pouvez très bien tomber sur un bon produit et recevoir gratuitement quelques astuces utiles. Cool. Mais vous ne recevrez aucun conseil personnalisé, adapté à votre problématique précise de travailleur indépendant, qui n’est pas celle de votre voisin de coworking.

En donnant votre adresse mail, en revanche, vous vous exposez à être inondé de publicités et de newsletters et à être démarché.e pour acheter un produit ou un service dont vous n’avez pas forcément besoin. A vous de voir.

Piège n°4 : Faire comme tout le monde parce que « ça marche » ⚠️

Quand vous avez créé votre entreprise, on vous a probablement vanté des méthodes et des pratiques qui ont fait leurs preuves : il faut avoir un site web, il faut être présent sur tous les réseaux sociaux, il faut prospecter 10 clients par jour, il faut se lever à 5h du matin pour la morning routine du winner, il faut envoyer une newsletter chaque semaine, il faut avoir une offre claire et bien calibrée pour sa cible, il faut un business modèle à moyen et à long terme… la to-do list du freelance parfait est infinie !

Un exemple : il faut établir une offre simple sous forme de packs, avec un premier pack d’appel à très bas prix, un deuxième un peu plus haut de gamme à un tarif moyen et, enfin, un troisième super premium top moumoute et bien cher. Vous présentez ça sous forme de 3 jolies briques sur votre site web, avec la brique du milieu un peu plus grosse et d’une autre couleur, parce que vous voulez que le client clique exactement sur cette offre (et pas sur les 2 autres). On vous a dit de faire ça « parce que ça marche ».  Cette technique a même un nom : le nudge marketing.

Est-ce une bonne idée de faire comme tout le monde ? PAS SÛR… 🤔

Tous les conseils que vous avez reçus en tant que freelance débutant ne sont pas mauvais, loin de là. Mais sont-ils tous 100 % pertinents pour votre activité ? L’exemple de l’offre sous forme de packs fonctionne peut-être pour des forfaits internet, mais pour vous, naturopathe, graphiste ou coach, est-ce que cela correspond à votre besoin et à vos objectifs ? En tant qu’indépendant, vous pouvez choisir de ne pas être un mouton, alors ne vous en privez pas !

Piège N°5 (Et Probablement Le Pire) : Le Salariat Déguisé ⚠️​

Quand un client commence à vous imposer des horaires et des conditions de travail et quand c’est lui qui fixe votre taux horaire, méfiez-vous : il se prend peut-être pour votre patron ! Quand on se lance en tant qu’indépendant, il est facile de tomber dans le piège de l’offre alléchante d’une entreprise qui ne peut pas vous proposer de contrat salarié mais qui vous propose généreusement à la place de travailler en tant que prestataire freelance pour 2,5 fois le SMIC ! C’est royal au bar, non ?

Alors la réponse est claire : FUYEZ 😱😱

Beaucoup d’entreprises sont à l’aise avec ces pratiques. Elles leur permettent de disposer de prestataires flexibles et compétents sans les contraintes d’un contrat de travail. Le SMIC horaire brut correspond à 10 euros de l’heure (10,15 euros depuis le 1er janvier 2020 pour être précis). Pour le freelance débutant, il s’agit donc d’accepter les contraintes d’un salarié sans les avantages d’un CDD ou d’un CDI (protection sociale, congés payés, etc.), le tout en facturant… 25 euros de l’heure. On vous laisse méditer sur ce tarif.

Sachez enfin que le salariat déguisé est passible de sanctions tant pour l’entreprise indélicate que pour le freelance. Vous risquez donc, en plus de vous faire exploiter, d’être épinglé par l’URSSAF.

👉 Vous n’êtes plus un freelance débutant et vous avez d’autres exemples de pièges… parce que vous êtes tombé dedans peut-être ? Alors partagez-les avec la communauté ! On n’est pas là pour juger, mais pour avancer ensemble 💪

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Retour haut de page